Bigger is not always better


Après mûres réflexions, j’avais envie de revenir sur le nouveau clip de Madonna réalisé par les petits frenchies Jonas & François.

Voyez-vous, on a couronné ce duo de réalisateurs nouveaux rois du clip après leur immense clip pour Justice : D.A.N.C.E, qui est mon clip préféré de 2007 et probablement l’un clips les plus forts de la (courte) histoire de la vidéo musicale en raison d’un concept simplissime mais exécuté avec brio et cohérence tout le long du clip.
D.A.N.C.E révèle surtout une profonde implication des réalisateurs (et de leur directeur artistique : So-Me) en offrant un vrai point de vue, original et fort, sur une idée simple et limpide. Tout d’abord, ils cadrent leur sujet, les deux membres de Justice, de façon non conventionnelle tout le long de la vidéo. Du haut du cou aux genoux et à peu de chose près, rien ne viendra perturber ce cadrage. Puis ceux-ci sont laissés en noir & blanc et profondément assombris afin de servir de contrepoint aux graphismes et logos colorés de leurs t-shirts. Ils deviennent des portemanteaux du véritable intérêt du clip et du concept : l’animation des t-shirts.
La qualité de la réalisation viendra ensuite via les interactions sans cesse renouvelées entre les corps coupés, les t-shirts, la musique et les actions.
Simplicité du concept, aucune fioriture, cette vidéo tient totalement debout pour un budget que j’imagine ne pas dépasser les 30000 euros. Voire peut-être moins. Tournage en HD, utilisation de logiciels aussi communs que Illustrator et After Effects, on a besoin de rien de plus. N’importe quelle personne un peu calée dans ces domaines pourrait refaire le clip chez lui pour rien du tout. Une part de sa beauté vient précisément de cette légèreté technique et du fait qu’on avait jamais vu ça avant.



Flash forward un an après. Les deux réalisateurs sont embauchés par Madonna pour réaliser le premier clip de son nouvel album, 4 Minutes en duo avec Justin Timberlake et produit par Timbaland. Se faire embaucher par Madonna, c’est toujours un signe de reconnaissance. Mais c’est aussi le signe d’un début de galère. Chris Cunningham (qui a réalisé le clip de Frozen) et Mark Romanek (Rain et Bedtime Story) se sont tout deux fait l’écho à mots couverts ou francs de la difficulté de travailler avec une control freak comme la Madone. Sûre d’elle, maniaque de son image, il n’en faudrait pas plus pour broyer un ou deux jeunes réalisateurs peu expérimentés avec les petits jeux de pouvoirs des gros artistes égocentrés vendeurs de disque qui dirigent leur carrière comme une multinationale. Même si de l’aveu de Jonas & François la collaboration s’est très bien passée, on ne peut s’empêcher de penser en voyant le clip qu’ils ont probablement été un peu dépassés par les événements (cf leur passage au Grand Journal où ils parlaient de la façon dont Madonna les conseillait sur ses meilleurs profils et où Timberlake avait le sentiment d’être devenu un figurant).
Le clip, coûtant cette fois plusieurs millions d’euros, est très sympathique, ne nous méprenons pas là-dessus. Mais où est cette patte qui avait marqué D.A.N.C.E ? Le principal défaut vient d’un manque net d’un concept fort qui parcourrait le clip. Au lieu de ça on a plusieurs idées visuelles qui semblent être saupoudrées aléatoirement, des effets un peu gratuits (ah je peux dire ça moi à qui on m’a souvent dit que mes effets faisaient gratuits). On a cette matière noire à facette qui envahit l’univers et qui avale la réalité, écorchant objets et humains qu’elle phagocyte. Justin et Madonna fuient la menace en passant dans les maisons, sautant entre les voitures, parcourant les rayons d’un supermarché. Le problème c’est que le clip semble oublier en chemin ce sentiment d’urgence (qui, même lorsqu’il est utilisé, n’est ni vraiment bien montré ni très évident) d’un monde en décomposition pour privilégier les effets purement visuels et les talents d’entertainer de Madonna et Timberlake. Le clip se détourne même pendant un bon tiers de la chanson pour montrer exclusivement des plans du duo dansant devant un grand compte à rebours lumineux (souvent signe qu’un certain nombres de plans de « l’histoire » ne fonctionnaient pas et que l’on remplace par des plans de sécurité). La notion d’urgence et même d’inéluctabilité revient à la fin où les Madonna et Timberlake sont rattrapés par la matière noire et commencent eux-mêmes à être digérés (enfin vous noterez que Madonna est à peine bouffée par la chose). Au final, on se dit la bonne idée de départ a été phagocytée par l’énorme entité qu’est devenue Madonna (quoique, ça rendrait donnerait presque une grille de lecture intéressante du clip si on inverse les rôles). Dommage car l’idée était loin d’être inintéressante, seulement la machine commerciale l’a digérée.

Reconnaissons aussi qu’un concept aussi simplement génial, ça n’arrive pas tout les jours dans la carrière d’un réalisateur de clip.




Pour mémoire, les deux clips :




3 commentaires:

24 avril 2008 à 02:13 oohTony

Rien à dire sur la vidéo de justice elle est magnifique mais après ça on veut l'album complet et lui, il déçoit. Très peu de titres à garder à mon goût. :§

Pour la vidéo avec Madona c'est aussi très beau visuellement et également très léger et ça marche, tout aussi bien que la musique mais vu la simplicité de l'instrumental je ne l'écouterais pas 30 fois......

oohTony
Wallpamac.fr

24 avril 2008 à 13:17 Nicolas Plaire

Justice, c'est nettement pas mon style de zik. J'aime D.A.N.C.E mais DVNO me branche déjà moins...

Quand à Madonna, si je reste un inconditionnel de Timba, faut reconnaître que ses beats et ses "freaky-freaky" vocaux commencent un peu à s'essouffler puisqu'on les retrouvait déjà dans ses propres productions ou celles de Timberlake ou Furtado.
Cela dit, j'aime bien le morceau, j'ai jeté une oreille distraite à Hard Candy, je suis pas encore convaincu.

24 avril 2008 à 13:30 Nicolas Plaire

Sinon, très bon site de Wallpapers, je suis toujours à la recherche de nouveaux walls pour ordi, là c'est l'idéal! J'ai bookmarké!

Enregistrer un commentaire

Nobody's Perfect Le Blog qui t'explique la life Avatar Logo
Bonjour à tous... Mon p'tit nom à moi c'est Nicolas Plaire, je suis réalisateur, designer, monteur et je fais bien le thé. Dans mes pérégrinations à la recherche d'inspiration (ou d'idées à piquer sans vergogne!) je me suis dit que ce serait sympa de partager mes découvertes. Ceci est donc mon blog où je showcase mon travail, mais où je présente des clips, des artistes, des pubs, des jeux vidéos qui me plaisent. Parfois je me laisse aller dans des réflexions plus personnelles sur mon métier, l'inspiration, la vie et les abeilles.

Blogger Buster LogoSmashing Logo© Nobody's Perfect.